L’HISTOIRE DE LA MAISON RACONTÉE PAR UNE RÉSIDENTE – PARTIE 1

 

« L’histoire qui m’intéresse part du dernier notable du château de la Tour d’Aigues, le baron Albert de Roux qui mourut le 13 octobre 1874. Peu après le 21 avril 1875 ses successeurs vendirent les ruines du château à Philippe de Wildermeth qui mourut le 23 avril 1882, laissant pour héritier sa fille unique Marthe Marie Marguerite devenue religieuse.
Celle-ci revendit le château le 2 mai 1897 à un avocat à Aix, Maître Arnause et à M. Estachon un tourain, dont les héritiers cédèrent le château au département du Vaucluse. Mon histoire n’est pas là et ceci n’est pas conté; c’est pourtant la suite de l’histoire.

C’est que monsieur de Wildermeth était aussi propriétaire de la Ferrage qui je suppose avait été une propriété agricole, à voir les terres qui l’entouraient et les dépendances, dont la maison que j’habitais en faisait partie. Mr de Wildermeth avait des employés à son service qui n’étaient autre que la famille CABASSU : les grands-parents de ma grand-mère, auxquels en remerciement du travail qu’ils avaient fait pour lui et sa famille, leur avait fait don de cette petite campagne qui est donc devenue un bien propre de ma famille et à laquelle on a donné le nom de Sainte Marthe, en souvenir de Mademoiselle de Wildermeth et dont je suis héritière par succession.

Née en 1885, ma grand-mère m’a toujours dit que cette grand-mère CABASSU faisait la lessive de cette famille à cette petite campagne parce qu’il y avait le ruisseau et la source qui donnaient de l’eau à volonté. »

Extrait du texte de Mme Vaux, résidente

ferrage-1982-750x489

 

POISSON AVRILJEU DU POISSON D’AVRIL

Résidents, familles, personnel, devaient trouver le poisson d’avril caché dans la gazette et gagner une surprise par tirage au sort !